Tag Archives: fran walsh

Peter, assieds toi 2 minutes, faut qu’on parle

11 Jan

Ca suffit maintenant de pondre des films définitifs depuis tes débuts. Définitif dans l’amateuro-goresque « Bad Taste », définitif dans le film de poupées complètement décérébré « Meet the feebles », définitif dans le gore tout court (la fin de ta première époque) avec « Brain Dead », définitivement émouvant « Heavenly Creatures », définitif encore avec le sous-estimé et virevoltant »The Frighteners », la trilogie de l’anneau, n’en parlons pas (à part tes longues séquences avec tes arbres dans « Les Deux Tours ») et, enfin, le magnifique « The Lovely Bones » (sortie en février prochain).

Adapté d’un roman d’Alice Sebold, « Lovely bones » (Jolis os), raconte l’histoire d’une adolescente de 14 ans victime de viol et de meurtre, qui observe sa famille et ses amis depuis l’au-delà.

Pitch simplissime pour une fable de  deux heures brassant les thèmes de l’identité adolescente, les rapports familiaux, la face obscure de l’être humain, le danger inattendu, l’amour et, évidemment, l’acceptation et la délivrance.

Sortir d’une trilogie ayant marqué le monde du cinéma (rappelons qu’avant l’arrivée d’AVATARTE, le « Retour du Roi » était le deuxième film le plus rentable de l’histoire du cinéma) n’était pas chose aisée pour Peter Jackon, l’ex petit gros kiwi à la tête d’une des maisons de production les plus puissantes aujourd’hui (WingNut). Le fait pour le néo-zed de s’attaquer au best seller « La Nostalgie de l’Ange », un projet intimiste et quasi-personnel, était le meilleur choix possible pour cet artiste multi-tâches à la sensibilité aujourd’hui reconnue.

Salut, c’est Peter Jackson. Avec SlimGros, j’ai paumé 30 kgs!

Le film aurait pu tomber dans le scabreux (le fil rouge concerne notamment le serial killer -brillamment interprété par Stanley Tucci- qui viole et démembre l’héroïne du film en tout début de métrage) mais que nenni. Jackson nous offre deux heures  émouvantes, brillantes, légères comme un flocon de neige. De colère il n’en est quasiment plus question, ici c’est d’espoir dont on cause. Les images de l’entre-deux mondes de Susie Salmons sont magnifiques (près d’une année entière de post-prod a été nécessaire pour donner corps aux fantasmes du réalisateur) et le soin apporté au sound design du film est à tomber. Le casting quant à lui est irréprochable: Mark Walhberg, tout en sobriété et en retenue, porte littéralement le film, Stanley Tucci (dont la femme décèdera d’un cancer en phase terminale pendant le tournage) est impressionnant dans le rôle du pire salaud qu’on aura eu l’occasion de voir sur un écran de cinoche depuis longtemps, Susan Sarandon en caution humoristique est parfaite et la petite du rôle titre, fort juste. Seul bémol quant à l’interprétation de Rachel Weisz, dont la portée du rôle a semble t-il été réduite lors du tournage (on sent une potentielle idylle entre son personnage et le lieutenant de police mais on sent aussi que ces scènes là ont été sucrées).

Les choix de mise en scène se révèlent véritablement audacieux et empreints d’une poésie incroyable (la scène du meurtre SANS le meurtre notamment), les mouvements de caméra incroyablement justes et aériens, la production design magnifique: bref, LA confirmation que Peter Jackson peut s’attaquer à tous les sujets possibles et imaginables, il nous trouera toujours le cul. De plus, le choix de faire un montage alterné tout au long du film (les séquences de l’entre deux monde alternent avec les séquences terrestres) est très judicieux: la scène du meurtre de Salmon alternée avec la scène du diner en famille fait son petit effet.

On note également un ÉNORME hommage à Hitchcok lors de la scène de l’intrusion par la jeune soeur Lindsey dans le repaire de la « bête »: 10mn sans un son, sur le fil du rasoir, qui nous laisse sans voix et avec une grosse boule à l’estomac.

Selon le Los Angeles Time, Lovely Bones pourrait concourrir dans -au moins- 6 catégories différentes lors des prochains Oscars.  J’en fais déjà mon favori. Et, au fait, avez vous reconnu Peter Jackson dans le film?