Tag Archives: terminator

Avant-première : Légion

1 Mar

Toi qui a joué au jeu de rôle une bonne partie de ton adolescence et notamment à In Nomine Satanis, tu ne pouvais que frémir d’envie en découvrant la jolie affiche teaser de ce Légion. Tu frémis encore plus en découvrant le casting de cette série B de luxe: Dennis Quaid, Paul Bettany, Lucas Blaak, Charles S. Dutton…Tu trépignes en découvrant le script: Que se passe-t-il quand Dieu perd foi en l’humanité et envoie une légion d’anges pour exterminer la race humaine ? Un groupe de résistance se constitue en plein désert autour de l’archange Michael…

Malheureusement, tu t’effondres sur toi même en découvrant le piteux résultat que ce Légion, rebaptisé en français « L’Armée des anges » (ouais, pourquoi pas). Hormis une séquence d’exposition rendant hommage quasiment plan par plan à l’intro du Terminator de Cameron (1985), cette boursuflure indigeste n’est pas même sauvée par Dennis Quaid. C’est dire. Tout est cheap, mal joué (Paul Bettany semble se demander ce qu’il fait là et nous aussi), à la limite du ridicule lors des séquences censées être « explosives, dantesques et bibliques » (EPIC LOL).

Légion, un film avec des tatouages de ouf

Le réal trouve tout de même le moyen de se ridiculiser encore plus dans une dernière bobine en dessous de tout, à l’imagerie bondieusarde toute bouffie et au nouveau renvoi vers Terminator, le 2 cette fois, avec une simili Sarah Connor reprenant la route du désert, le sauveur de l’humanité bien empaqueté sur le siège arrière. N’en jetez plus, la (sainte) coupe est pleine.

Hey, James Cameron, n’oublie jamais…(attention, ce post ne parle pas d’AVATARTE)

7 Jan

…qu’avant de devenir le maître du monde du cinéma, tu t’es rendu coupable de Piranha 2. Et ouais mec. Piranha 2, tu t’en souviens? Cette co-prod américano-italienne, ou tu prenais la relève de Joe Dante et sa parodie de Jaws, ce film ou tu faisais voler des piranhas même qu’on voyait les ficelles à l’écran, ce pauvre film avec des pauvres acteurs où 90mn nous semblait une éternité lors de sa découverte sur Canal un beau jour de 88 (ou 89 je sais plus).

Jim, n’oublie jamais.

N’oublie jamais que c’est pendant ce film, où pris d’un énorme accès de fièvre, tu avais cauchemardé ce qui allait devenir le pitch de Terminator. Pris dans tes démêlés du tournage de Pi:2 (appelons-le comme ça, ça fait plus chic) tu déclarais une grosse grippe et le soir venu, tu imaginais un exo-squelette venu du futur surgir des flammes et poursuivant ta femme de l’époque.

N’oublie jamais que tu as été viré du plateau par le producteur du film qui a décidé de monter lui même le film (et ça se voit).

Attention, James, un piranha en 3-D!

Jim, n’oublie jamais que tu as fait True Lies aussi.